Archives de la catégorie Uncategorized

Le hot pot, ou encore la fondue chinoise en français, est un plat très répandu en Asie.

En gros, il s’agit d’un pot en métal au milieu de la table relié à un bec de gaz rempli d’un bouillon dans lequel on peut cuire soit même ses aliments.

On y cuit: légumes, viande ou poisson et des nouilles. Ensuite, on assaisonne avec une petite sauce à composer également soi-même.

Historiquement, le hot pot à plus de 1000 ans et est originaire de Mongolie.

Image

Bon alors fini le blabla théorique !

Il y a deux semaines, ma colocataire m’a fait découvrir le hot pot « all you can eat » !

Pour l’équivalent de 12 eur, pendant 2 heures, vous avez le droit de vous dilater l’estomac à discrétion.

Imaginez un petit peu comment ces mots ont résonné dans la tête d’une personne comme moi qui ADORE le hot pot.

Ce hot pot de la tentation se présente sous forme d’un self service avec de grands frigos remplis de légumes, poissons, viandes, sauces, gâteaux, glaces Häagen dazs, boissons, etc…

Dans celui-ci, il y avait un choix de six bouillons différents dans lesquels cuire les différents ingrédients.

Mes yeux brillaient, mon cœur battait, et une musique s’est enclenchée dans ma tête, celle de « The final countdown ».

On est sorties de là, en s’étant assurées d’avoir mangé quatre niveau au dessus du seuil de rassasiement.

Le centre de langue de la National Taiwan Normal University (Shida) reçoit au fil des semestres des étudiants du monde entier.

A l’occasion de la fête de Noel, les étudiants avaient la possibilité de faire une prestation au choix.

Après une présélection puis sélection, nous avons eu l’honneur d’assister aux représentations de la crème de nos étudiants. A voir en urgence !

 

Si à Bruxelles, on a plus de chance de croiser une mademoiselle Peeters, une Martin en France ou encore une N’diaye au Sénégal, à Taiwan, c’est une Chen qu’on aura le plus de chance de rencontrer. Ou de connaitre quelqu’un qui connait quelqu’un qui…

En effet, ici, les noms sont pour la plupart monosyllabiques. Les noms les plus fréquents sont par ordre décroissant : Chen (陳), Lin (林), Huang (黃), Zhang (張), Li (李), Wang (王), Wu (吳), Liu (劉), Cai (蔡) et Yang (楊), qui ensemble représentent 53 % des Taiwanais.

Le prénom, quant à lui, est souvent composé de deux syllabes. Pour info, les prénoms en trois syllabes sont souvent aborigènes ou japonais.

D’après mon amie taïwanaise, du coté des prénoms les plus en vogue, on a Jia-hao (家豪) pour les messieurs et Shu-fen (淑芬) pour les dames.

L’équivalent de notre Julie Peeters serait donc mademoiselle Chen Shu-fen (陳淑芬) à Taïwan.

chen

Nous voici déjà en 2013 ! Je sais que beaucoup d’entre vous n’y croyaient pas, la fin du monde, ce n’est visiblement pas pour tout de suite…

Donc cette année, plus que les autres puisque nous sommes en l’an 1 APLFDM (après la fin du monde) et qu’il s’agit d’un renouveau pour notre civilisation,  je vous souhaite entre autre:

Plein d’énergie, de rires fous et de gens fous loin de vous, d’échanges, de projets, de prise de risque, de bonne humeur, de découvertes, de challenge et enfin, cette année … voyagez, allez à l’autre bout de votre « monde » !

Quant à toutes vos bonnes résolutions, je vous souhaite juste d’en tenir au moins une, ça sera déjà pas mal.

Oh et surtout, je vous souhaite aussi des lectures divertissantes et instructives, que, j’espère, vous trouverez en la « personne » de mon blog (Soyez patient(e)s, encore plus de recettes très prochainement).

新年快樂 !

(Prononciation : Xin Nian Kuai Le)

Il est de toute évidence que n’importe quel habitant de Taipei qui se respecte, se trouve à 23h59 le 31 décembre au pied de la tour Taipei 101 érigée à 509 mètres de haut ! Les vrais, les purs et durs arrivent 4h à l’avance. N’étant à Taipei que pour quelques mois, je décide de vivre ce moment tant attendu et dont TOUT le monde parle.

….

Quoi ???, c’est fini ??

C’est ce que je me suis dit aussitôt le spectacle commencé. « Grrr » a donc été ma première pensée de 2013.

Un feu d’artifice précoce…

3 min chrono ! J’ai écourté mes vacances dans le sud pour cet évènement inratable et quand je manifeste ma déception, on me dit qu’effectivement il était vachement plus court que l’année dernière…mais pas tellement…

« Comment ça pas tellement ? »

« Oui, l’année dernière, c’était 5min, c’était mieux »

« Whaaaaaaaatttt !!!!???? »

Bon, après en vidéo ce n’est pas trop mal donc je vous en fait profiter quand même :

Image

Prononcé yi ling yi (1-0-1 en chinois) par les uns ou « one 0-one » par les autres,  c’est LE gratte-ciel de Taïwan.

Inauguré à Taipei début 2004, il mesure 509 m de hauteur et 101 étages. Entre 2004 et 2008, il a été l’immeuble le plus haut du monde, détrônant les tours jumelles Petronas à Kuala Lumpur (452 m, Malaysie) et détrôné à son tour, mais cette fois-ci à plate couture, par la tour  Burj Khalifa à Dubai (828m). Malgré ce déclassement à la médaille d’argent au saut en hauteur, les ascenseurs de Taipei 101 restent les plus rapides du monde. 89 étages en 37 secondes soit 60 km/h.

Pour faire bref et précis, voici ce qu’en dit wiki :

« À la pointe de la technologie, la conception de Taïpei 101 possède également de nombreuses références à la culture chinoise et asiatique. La forme générale de la tour est ainsi celle d’une pagode, une construction traditionnelle asiatique. De même, l’agencement des bureaux et du bâtiment en général applique les principes du feng-shui, l’art chinois de l’utilisation harmonieuse des espaces. La tour est bâtie sur huit niveaux, le chiffre 8 étant symbole de prospérité, de longévité et de réussite pour les Chinois. Le nom du bâtiment a également été choisi avec soin. Faisait également référence avec le nombre d’étages, le nombre 101 fait également référence au nouveau siècle qui commença lors de la construction de la tour : 100 + 1. »

Etttt non,,vous n’aurez pas de vue panoramique,  je ne monterai pas au sommet!

Depuis que je suis là, j’ai déjà senti, tel un sismographe, quelques petites secousses par ci ou par là sans jamais vraiment m’en inquiéter.

Aujourd’hui vers 15h, un tremblement de terre de magnitude 5,6 à légèrement secouer les murs et les habitants de la capitale. Heureusement aucuns incidents majeurs. J’étais en classe, au 9ème étage d’un gros bâtiment de 10 étages, même scénario qu’à Pékin en 2008, sauf que là, avec des japonais en classe, il ne faut pas perdre la face, on fait comme si on n’avait pas peur.

Plus fort que d’habitude, je décide de regarder ce qu’il en est et je découvre que Taiwan et les secousses, c’est une histoire d’amour (ça je le savais déjà) et que l’ile tremble une à trois fois (voir plus parait-il, ça je le savais moins) par JOUR à certains endroits.

La preuve en image :

Image

Image

 

Ayant peur d’être intégrée dans un cours de cuisine en chinois ou je ne comprendrai pas tout, j’ai décidé d’organiser mon propre cours de cuisine via couchsurfing. Le principe est donc, d’échanger ses recettes de cuisine.

Comment ça marche ?

Suite à une annonce que je poste, un potentiel professeur, propose une potentielle recette.  Ensuite on se donne RDV un samedi après midi en face du super marché près de chez moi. N’importe quelle personne ayant lu l’annonce pouvait aussi se joindre à nous. Nous étions six au 1er cours, quatre au 2ème . La première édition a eu lieu le 15 décembre dernier. On fait les courses ensemble (très pratique parce que je n’ai absolument aucune idée de comment cuisiner les 3 /4 des aliments des supermarchés à Taiwan).

On rentre à la maison, on se réunit autour de la table, remonte nos manches et commençons à couper les différents ingrédients, une fois ce laborieux travail achevé, nous, nous rendons dans la cuisine et « l’enseignant », nous montre les différentes étapes à respecter.

Ensuite nous mangeons le fruit de notre labeur riche en découverte. 

L’idée est ensuite que chacun des participants enseigne un nouveau plat taïwanais, ou de son pays, le cas échéant.

Nous avons déjà appris ces recettes:

Porc Sauce à l’ail – 蒜泥白肉

Nouilles de riz sautées – 炒米粉

Pour ma part, j’ai enseigné la recette du Yassa et du Mafé !

…  à suivre….

On a tous un jour regardé une TV show américain, pour se divertir en se cultivant (Rome), en s’abrutissant (Gossip girl), en se tenant en haleine (Dexter), pour vivre son histoire d’amour par correspondance (Santa Barbara)… Bref, ici le TV show taiwanais, qu’on appellera Drama, excelle dans cette dernière catégorie : Santa Barbara !

Dans celui que je regarde pour le moment, Drunken to love you -醉後決定愛上你,  宋杰修 est éperdument amoureux de  唐艾薇 qui pour certaines raison ne veut pas se marier, de l’autre coté, 林曉如rêve de la demande en mariage de 向霆威, qui lui demande, mais qui finalement doit se rétracter pour une raison que l’on ne connaîtra que plus tard… Bref, le tout dans un jeu d’acteur à frôler la nomination aux oscars !

De l’amour donc et à toutes les sauces.

En voici un extrait, mais je pense qu’elles sont toutes un peu pareille :

 

 

Et pour ceux qui veulent aller plus loin, ici, il y en a de tout le continent asiatique 

 

La recette:

Image

Ingrédients: Nouille de riz, choux blanc, oignons, Oignons vert, carottes, un paquet de champignons déshydraté, un paquet petites crevettes déshydratés, petits morceau de porc, coriandre, cèleri  un paquet d’échalotes ou oignon déshydratés croustillant. Sauce soja

étapes:

Trempez les champignons et les petites crevettes et les nouilles dans de l’eau froide séparément.

Coupez le chou, carotte, oignons verts en petit.

Badigeonnez les morceaux de porc de sauce soja

Chauffez le wok, mettre deux cuillères à soupe d’huile.

Ajoutez les oignons verts et les carottes. Laissez à feux fort 5 min. Diminuez le feux et ajoutez progressivement, les crevettes et champignons (égouttés), et le porc. Mélangez 1min.

Le dernier légume à ajouter est le chou et les échalotes déshydratés croustillante.

Remettre 2 cuillères à soupe de sauce soja et deux cuillères du jus de champignons et un verre d’eau.

Cuire à feu moyen jusqu’à ce que ça semble bouillir.

Arrêtez le feu et plongez les nouilles dans le wok. Mélangez. Remettre le feu et mélangez jusqu’à ce que le parfum se soit répondu sur toutes les nouilles.

Servez en plaçant de la coriandre et du céleri au dessus.

Mon avis: Très simple à faire, pour autant que l’on trouve tous les ingrédients. L’assaisonnement se fait visiblement uniquement par les légumes et la sauce soja. A mon grand étonnement, on n’a jamais rajouté de sel ni de poivre.